The Doors, le rock poétique par excellence

Californie, années 60

The Doors

The Doors est un groupe américain des années soixante. Il est à l’origine d’albums légendaires comme The Doors (premier album éponyme) ou LA Woman, dernier opus du vivant de Morrison. Il est formé en Californie à l’issue de la rencontre amicale de Ray Manzarek (claviers) et James Douglas Morrison (chant et textes), dit Jim Morrison, le roi lézard : « I am the lizard king, I can do anything » (celebration of the lizard – 1968). Rejoint par Robbie Krieger (à la guitare) et John Densmore (batterie), le quatuor devient le groupe californien le plus influent des sixities, aux côtés de groupes tels que Jefferson Airplane, Love, Zappa, le Grateful Dead ou Crosby, Stills and Nash. Plus de quarante ans après le décès de Morrison à Paris (1971), le groupe de Venice beach demeure légendaire, de part le charisme de leur musique, de leur chanteur et la très grande richesse de leur interprètation. Les Doors sont admis au Rock’n’roll Hall of Fame en 1993.

Les Doors pratiquent un rock très original marqué par des influences multiples.

The Doors et le blues

Jim Morrison, tout particulièrement, est un fan de blues. Les Doors font s’illustrer par différentes reprises  comme le très beau « crawling King snake » de John Lee Hooker, repris sur LA Woman, ou le « Little red rooster » composé en 61 par Willie Dixon, enregistré par Howlin’Woolf puis repris par les Rolling Stones en 1965 sur leur Album « Now ! ». Autre morceau d’anthologie largement Blues : « Back Door Man » lui aussi écrit et composé par Willie Dixon pour Howlin’Wolf.

The Doors et le Rock psychédélique

Il s’agit, bien sûr, d’un groupe de rock psychédélique. La scène californienne de la seconde partie des années soixante se caractérise par les multiples expériences psychédéliques de ses acteurs. Les stupéfiants sont alors un moyen d’atteindre à d’autres univers, à d’autres modes de perception. Le nom « The Doors » a d’ailleurs pour origine une citation du poète anglais William Blake : « Si les portes de la perception étaient transparentes, le monde apparaîtrait à l’homme tel qu’il est, infini ».

Spécificités des Doors

Hormis sur l’album LA Woman, les Doors jouent sans bassiste. C’est Ray Manzarek qui joue la basse, de la main gauche sur un clavier. Le jeu de Manzarek est immédiatement reconnaissable avec ces sonorités d’orgues et ces gammes inspirées. A la guitare, Krieger met en oeuvre son savoir faire en guitare classique et flamenco. Densmore, le batteur, a une approche très peu classique pour l’époque. Tout ceci autour de la voix de crooner de Jim Morrison dont les performances scéniques inspirent encore nombre de générations et ont inspiré le film The Doors d’Oliver Stone en 1991.

 



Plan du site